Les virevoltants

du 4 avril au 26 avril: de Arica à Cuzco (2358 km – 22 428 km parcourus)

l’itinéraire en gros, parce que google map maitrise moins le Canyon del Colca que nous!

Arequipa, ou la ville blanche d’où on a du mal à repartir

Mardi 4 avril. Réveil tôt, on prend la route pour la frontière péruvienne. On arrive à 9h à la sortie du Chili. La nouveauté, c’est qu’il faut d’abord aller à la cafeteria acheter des formulaires avant de faire la file. Puis on roule jusqu’à l’entrée au Pérou. A l’immigration, l’agent est aimable comme une porte de prison. A la guérite de la douane, pour le véhicule, on a un peu d’appréhension parce qu’il est écrit que seul le propriétaire du véhicule est autorisé à entrer au Pérou avec le véhicule, et qu’un pouvoir notarié n’est pas valable… gloups… Devant nous, deux couples d’allemands et un couple d’anglais en moto attendent leur papier d’importation provisoire. Lorsque c’est notre tour, le jeune douanier est visiblement très fatigué de lire tous ces papiers en langues étrangères. Je ne sais pas si c’est le fait que le véhicule est quand-même à moitié à mon nom, mais ça passe sans problème, et je suis désignée conductrice principale pour le Pérou ! Ce qui ne risque pas d’arriver vu la conduite épouvantable des péruviens. Lorsqu’on entre au PEROU, il n’est même pas 10h ! Bon, d’accord, c’est un peu de la triche, le Pérou a 2h de décalage avec le Chili. On avale un sandwich dans un petit stand près de la frontière, en face du poste où on prend l’assurance obligatoire du véhicule. Puis on roule jusqu’à la ville de Tacna. On se rend vite compte qu’ici, on conduit au klaxon, dans n’importe quelle situation, et que dans les grands carrefours, il est interdit de tourner à gauche… hyper pratique. Hervé me lâche à un distributeur puis refait un tour pour me chercher. On va ensuite faire des courses, puis on repart. On longe la côte, sauvage et très jolie par endroits (les abords sont toujours désertiques et assez moches, jonchés de détritus), ou bien puante lorsqu’on croise une usine de poissons. On fait notre premier plein de gasoil, le prix est affiché nous laisse perplexes : ici, le combustible est compté au gallon, et donc par 3,79 litres ! On continue, on prend des morceaux de ripios très pourris, on retombe sur la route… Puis on bifurque vers les montagnes pour grimper vers Arequipa et ses 2300m. Les camions sont poussifs, les voitures doublent n’importe comment, mais elles ont des autocollants sur le pare-brise qui disent que Dieu est leur co-pilote, alors ça va. Le soleil se couche ici à 17h45, mais on n’est pas encore arrivés. La route grimpe toujours en tournant, on est coincés derrière deux camions. Ah, encore une nouveauté : la nuit, les voitures sont en plein phares, tant pis pour ceux qui arrivent en face ! Et puis elles continuent de doubler en plein virage, sans aucune visibilité (et sans cligno, pour quoi faire ?) ; On arrive à presque 20h à Arequipa, mais l’artère principale est coupée, et la « déviation » (qui dure depuis plusieurs mois, nous dira -t-on) consiste à envoyer le flot de véhicules dans des rues étroites, défoncées, et sans aucune indication. Je fais la copilote comme je peux, et finalement, on arrive au camping-hôtel Las Mercedes en ayant juste pris un virage à gauche non-autorisé. On est épuisés ! Au moins, on est dans un site sécurisé, même si bien bruyant et pollué (à côté du « périph » local).

Mercredi 5 avril. Marius nous réveille en nous annonçant qu’il s’est habillé tout seul sans qu’on lui répète ! Super, mais avec le décalage horaire, il est 6h… et il fait déjà jour. On prend nos marques au camping puis on va se promener dans le joli centre-ville pour se repérer un peu. On est à 10min à pied de la jolie Plaza de Armas, ses arcades et sa cathédrale qui occupe un côté entier de la place.

Cathédrale sur la Plaza de Armas

Iglesia de la Compañía

On se promène dans les rues aux très belles façades anciennes, avec des grosses portes qui dévoilent des patios d’anciennes maisons riches (qui abritent maintenant.. des banques.) Dommage que la frénésie des voitures klaxonnantes soit incessante. On va manger dans un petit resto végétarien au rapport qualité-prix imbattable. Je vais ensuite avec Marius à l’Alliance Française pour voir les horaires de la bibliothèque, puis on rejoint Hervé et Aloïs sur la place. Le soleil cogne ! Au loin, les volcans Misti et Chachani dominent la « ville blanche », construite en grande partie en sillar, une pierre volcanique blanche. Au camping, les garçons ont découvert que le van immatriculé au Chili garé pas loin de nous est celui d’un jeune couple franco-belge. On les retrouve donc installés dans le van, en train de manger des pommes en compagnie de Sarah, qu’ils ont convaincue de télécharger un jeu sur son téléphone. On discute un moment avec le jeune couple sympa qui est sur la fin de son voyage, puis on les invite à prendre l’apéro dans notre CC, vu qu’il fait nuit et frais très tôt.

Jeudi 6 avril. Après les diverses tâches ménagère, l’école, et la video d’anniversaire envoyée à Mamouna, on va se promener en ville et on essaie un autre resto, ce qui permet à Hervé de tester (et d’approuver) l’alpaga. L’après-midi, les garçons jouent hors de notre vue. Résultat : ils ont dessiné à la craie sur le sol et les murs des sanitaires… Heureusement pas sur le mur en sillar, beaucoup plus poreux. Leur moment préféré reste le lessivage des murs… On va ensuite à l’Alliance Française, ou le casier « enfant » est assez minable, mais on trouve quand-même 3 J’aime Lire. Quand on a fini de les lire, c’est la fermeture. Autour du joli patio, il y a un joli resto où on va boire un coup et jouer aux petits chevaux tandis que Marius tente d’apprendre à jouer aux échecs mais selon ses propres règles. Du toit du resto, on voit la ville illuminée.

va y avoir du boulot pour Papou!

 

 

Vendredi 7 avril. Matinée calme, école, jeux, réparation du plafonnier pour Hervé, etc… L’après-midi, on va visiter le superbre Monasterio de Santa Catalina, qui occupe tout un pâté de maisons, soient 20 400m2 au cœur de la ville.

On fait même une visite guidée en français, avec la gentille et cultivée Tatiana. Les garçons sont attentifs pendant la grosse heure que dure la visite. Le couvent a été fondé en 1579 et a été fortifié et reconstruit après chacun des 14 tremblements de terre qu’il a connu depuis le début. L’agencement et le fonctionnement du couvent est très particulier. On commence par le parloir, où les sœurs pouvaient parler pendant 1h tous les 15 jours avec leur famille, puis on accède à l’espace réservé au silence, qui mène au cloître et aux cellules des novices. Ces dernières étaient principalement des jeunes filles de familles riches d’origine espagnole. La dot pour entrer au couvent était très conséquente. Pendant 3 ans, les novices apprenaient à lire, écrire, broder, chanter, jouer de la musique… Puis elles devenaient nones (ou alors elles quittaient le couvent mais c’était la honte pour elles et leur famille !).

On passe donc dans le cloître des orangers, décorées de fresques liturgiques représentant le chemin pour accéder à la sainteté et planté d’orangers (qui, dans l’Ordre de Catherine de Sienne, symbolise le renouveau vers la vie spirituelle).

 

autour du Cloitre des Orangers

On visite ensuite les maisons dans lesquelles vivaient seules, ou à deux ou trois, plus leurs servantes. C’est le plus étonnant : le confort dans lequel vivaient les sœurs contrastait énormément avec le niveau de vie extérieur. Les maisons avaient une grande chambre par sœur, une cuisine, un patio, parfois un jardin ou une terrasse sur le toit.

filtre à eau: elle s’écoule à travers la roche poreuse

dans une des rues…

On passe devant la salle « de profundis » où étaient veillées les défuntes, et les plus « saintes » étaient peintes à ce moment-là par un peintre extérieur. Il y a aussi un lavoir qui intéresse particulièrement les garçons avec un ingénieux système d’arrivée d’eau dans des demi-jarres énormes.

il suffit de faire un barrage avec la main pour que l’eau coule dans la demi-jarre

On se perd un peu dans les différentes rues qui portent toutes des noms de villes d’Espagne (car l’historien qui a entrepris de classer le site trouvait que ces rues lui rappelaient l’Espagne). L’ancienne chapelle a été transformée en cuisine, toute noircie de suie, lorsque l’Ordre a mis fin au système classieux des maisons individuelles et regroupé les sœurs en communauté, avec réfectoire et dortoir communs.

l’ancienne chappelle

L’ancien dortoir est maintenant utilisé pour des concerts en raison de sa bonne acoustique. Un accordeur est justement en train de travailler sur un piano pour préparer le concert du soir. Plusieurs rues débouchent sur la place Zocodober et sa fontaine. Cette place (dont le nom vient de l’arabe zoco – souk – troc) était le lieu où les sœurs se troquaient des objets et petites productions après la messe du dimanche.

Plaza Zocodober

La guide nous montre ensuite la maison de Sœur Ana, qui accomplissait miracles et prédictions et qui est très vénérée à Arequipa. D’ailleurs, à Arequipa, tout le monde attend qu’un deuxième miracle soi reconnu par l’Eglise pour qu’elle devienne la première sainte de Arequipa. Le couvent accueillait aussi des femmes extérieures à l’ordre, comme Flora Tristan (la grand-mère de Gauguin), qui était péruvienne, et s’était réfugiée là pendant une révolte. Elle a ensuite écrit sur la vie (secrète) du couvent. Elle y a notamment apprécié le degré d’instruction et de « démocratie » (les sœurs pouvaient discuter les décisions de la mère supérieure, elle-même élue pour 3 ans), mais a critiqué l’opulence de la plupart des maisons. Son livre a donc été brûlé au Pérou car on ne critique pas l’argent de l’Eglise impunément. Le confessionnal et le mot « péché » interloque Aloïs qui ne voit pas où les sœurs pouvaient aller à la pêche. En passant dans le dernier cloître, on croise deux sœurs actuelles (elles sont encore une douzaine à vivre dans un autre bâtiment). Elles font un petit signe aux garçons. La guide est tout étonnée : elles nous dit que c’est très rare de les voir, mais là elles préparent les festivité de la Semaine Sainte. Les deux sœurs ont du également être étonnées de voir deux petits blonds !

le grand cloitre

La nuit tombe lorsqu’on sort. On traverse juste la rue et on va manger des crêpes au resto de l’Alliance française. En rentrant par la Plaza de Armas, on entend des chants religieux et des sermons au micro. Il y a aussi des estrades tout autour de la place. Ça promet pour la Semaine Sainte à venir !

Samedi 8 avril. Relâche, et atelier peinture l’après-midi.

Dimanche 9 avril. Le matin, on va jusqu’à la Plaza de Armas, où a débuté la messe des Rameaux. Les fidèles ont des grandes palmes tressées en forme de croix et autres jolis motifs. Il y a énormément de monde, et tout le monde entre dans la cathédrale au moment du hosanna. Les chants locaux sont particulièrement jolis, et toute cette ferveur est impressionnante.

On fait le tour de la place et on assiste à un morceau de la répétition générale d’un spectacle sur la Passion du Christ, avec un Jésus en couronne d’épines dorées et pantalon de hippie. Lui et un autre larron portent une croix avec du faux sang, entourés par des soldats en jogging portant des lances. A la fin de la répétition, Jésus donne une interview face à une caméra émoustillée.

répétition générale

On va ensuite au marché artisanal pour trouver des cadeaux en vue des anniversaires à venir. Toutes les entrées des nombreuses églises de la ville sont décorées de palmes, des gens vendent des tressages et des Jésus sanguinolents sur des croix.

encore une église palmée

Le soir, les garçons regardent un « C’est pas sorcier » sur les Incas, et Marius fond en larmes lorsqu’il est question des sacrifices d’enfants dans les montagnes.. Oups, on n’avait pas regardé l’épisode avant… C’est sûr que l’héritage de cette région n’est pas des plus zen !

 

Lundi 10 avril. Ce matin, direction le grand marché couvert de la ville. C’est coloré, animé, plein de fruits, fleurs, de la viande (pattes de poulets, têtes de cochons dans des bassines en plein soleil…) Il y a aussi plein de sortes de pommes de terre de toutes formes, tailles et couleurs ; du maïs banc, jaune, violet, noir… et des échoppes de plantes médicinales et fœtus de lama séchés pour faire des offrandes à la Pachamama. On achète des fruits et légumes, puis on va dans le centre.

On ne peut toujours pas entrer ni dans la cathédrale, ni dans l’Eglise de la Compañia, en préparatifs pour Pâques, alors on se rabat sur les trois superbes cloîtres jouxtant l’Eglise de la Compañía.

Mercado de frutas

Hervé et Aloïs entrent tandis que Marius et moi allons visiter le petit musée municipal. La salle sur les différents tremblements de terre regroupe quelques photos saisissantes, surtout sur le séisme de 2001 qui a duré plus de 3 minutes !

cliché des clochers de la cathédrale pendant le séisme de 2001

Mardi 11 avril. Le matin, Hervé va faire des courses pendant qu’on fait l’école. Les garçons finissent leurs cahiers d’activités et Aloïs lit sa première phrase ! (« Le coq a vu le ver sur le sol » – oui, je sais, c’est fondamental comme phrase !) Après le repas, alors qu’Aloïs réussit à s’endormir, Marius entend deux petites voix connues : c’est Paul et Noé qui viennent d’arriver ! C’est loupé pour la sieste de Marius qui file jouer avec ses copains. Un gros camion plein de néo-zélandais vient d’arriver (un groupe de 20 personnes qui voyagent ensemble pendant 2 ans !!!), il commence à y avoir du monde par ici !

Mercredi 12 avril. Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Marius et Aloïs ! Ce sont donc nos deux grands garçons qui racontent cette journée :

On s’est réveillés, et on avait 6 ans ! On a petit-déjeuné dehors dans le camping. On a mangé de la crème de marrons ! Le matin, on a joué avec nos amis. A midi, on a mangé, et au dessert, on a eu les gâteaux et les cadeaux, avec Paul qui a eu 5 ans. On a reçu : un bonhomme avec un pistolet à eau (Marius), un caméléon bricoleur (Aloïs). Paul a eu un porte-avion. On a aussi eu chacun un petit livre de Mamouna, une chemise, un bonnet péruvien en alpaga, une ceinture et un couteau (un vrai qui peut couper grave et qu’on doit utiliser avec papa).

6 ans pour nos grands garçons!

Le gâteau était au chocolat et à la crème de marrons. On a encore joué, et puis le soir, les parents sont partis au restaurant, et nous on est restés avec Paul, Noé, leur papa et leur maman. On a joué à Miaou-Miaou et au Uno, on a mangé des croques-monsieurs et on a regardé le dessin animé de Robin des Bois.

Jeudi 13 avril.  Aujourd’hui, c’est mon anniversaire, alors c’est moi qui raconte ! Les garçons (et Hervé bien sûr) me le souhaitent au saut du lit. On voulait partir aujourd’hui mais finalement, on décide de rester un jour de plus, pour permettre à Hervé de jouer de la musique avec Otto, notre voisin allemand qui en a très envie, et à Karen et Daniel de passer en soirée en tête à tête, comme nous hier soir. Elizabeth et Otto, qui sont dans le camping depuis notre arrivée, viennent me souhaiter très gentiment mon anniversaire. A midi, on recycle le gâteau d’hier et j’arrive même à souffler une bougie, alors qu’hier le vent a corsé la tâches pour les trois garnements. Daniel est allé voir une partie du spectacle sur la vie et la Passion de Jésus, il rentre au bout de 2h alors que la troupe n’a parcouru qu’un quart de la Plaza de Armas. Il y a apparemment un diable très en forme qui est là pour tenter Jésus et effrayer les spectateurs. Le soir, Otto et Elizabeth viennent pour un apéro en musique, Karen et Daniel nous laissent les enfants à qui je prépare des crêpes. Puis c’est Miaou-miaou jusqu’au retour de Daniel et Karen qui nous disent que la ville est très animée, en ce jeudi saint et veille de jour férié. Toutes les églises sont ouvertes, décorées et pleines à craquer. Ici, c’est plutôt calme !

Canyon del Colca, El Condor Pasa

Vendredi 14 avril. Allez, aujourdhui, on part ! Les 4 garçons font les 400 coups dans le camping pendant qu’on finit les préparatifs. En fin de matinée, on démarre. On passe sans grand espoir à l’usine de gaz, mais c’est fermé. Puis on prend la route vers le Canyon del Colca, le deuxième plus profond au monde après celui de Cotohuasi, dans la même région. La route grimpe dans une zone aride, le ciel s’assombrit… et voilà les premières gouttes de pluie puis de neige fondue, sur les hauteurs de l’Altiplano ! Super, on n’a pas d’essuie-glaces… On croise des troupeaux d’alpaga, on roule entre les gouttes, mais bientôt on doit s’arrêter pour essuyer le pare-brise, car la capucine n’arrive plus à faire écran.

ça se gâte…

Puis Hervé roule en se nettoyant un espace de visibilité à la raclette…

avec les moyens du bord

4000m, 4500m… on monte jusqu’au plus haut col, à 4910m ! On ne s’arrête pas car on ne voit rien du tout, tout est gris. On croise des plaques de neige, puis on commence la descente vers le canyon. Tiens, il y a des éclairs dans le ciel de plomb, maintenant.

si si, en bas, c’est le canyon!

A l’entrée, on paye les 2×70 soles taxés aux visiteurs étrangers, et on va jusqu’au village de Yanque, sur la rive sud. On se gare sur la petit place. Il fait nuit mais je vais avec les garçons voir l’église andine. Elle est remplie de gens, beaucoup sont en costumes traditionnels, brodés et colorés. Des petites vieilles dames sont assises sur le sol. On ne voit ni la nef ni l’autel car un grand tissu noir est tendu du sol au plafond, avec trois croix disposées devant. Sur la partie transversale de l’église, c’est assez particulier : il y a des niches très décorées et colorées, avec des statues aux manteaux rose ou bleu brillant. Il n’y a aucun bruit, à part quelques notes de guitare. On rentre au CC, on est bien fatigués et j’ai mal à la tête. Bientôt, on entend une fanfare au loin. A 20h30, on est couchés ! Mais à 22h, un monsieur vient nous demander de déplacer le CC de l’autre côté de la place, car la procession arrive avec El Santo. En effet, et c’est bien sonore ! Jésus dans son cercueil de verre est promené au son de la fanfare qui joue – entre autre – El Condor Pasa, avec force tambours. (tiens, je me demande si un petit malin a osé déposer la composition de cette musique traditionnelle pour toucher les droits d’auteur…) ça dure un bon moment, puis le reste de la nuit est calme… Jusqu’à l’aube où les bus de touristes s’arrêtent pour regarder les locaux en costumes danser sur la place. On a donc doit à une sono à 6h30 avec un type qui pousse des cris d’encouragement dans le micro !

Samedi 15 avril. Après ce réveil très matinal (on a de toutes façons mal dormi avec l’altitude, on est à 3400m), on retourne voir l’église qui est vide, et qui arbore des têtes de mort à la place des croix des larrons.

Eglise de Yanque

Puis on descend vers la rivière, on traverse le pont pas très engageant et on remonte sur le versant nord. La route, déjà étroite et défoncée, devient un chemin qui s’engage à travers des petits champs délimités par des murets en pierres. On va jusqu’au départ de la promenade vers Uyo – Uyo, l’ancienne capitale des Collaguas, peuple pré-inca. C’est en fait un village en ruines en partie reconstitué, qui dominé les cultures en terrasses.

nature sur le versant nord

Uyo Uyo

Puis on retourne au pont, qui surplombe des « thermes » fréquentées surtout par des locaux. Après le repas, le ciel est tout couvert, Hervé se repose et je vais aux thermes avec les garçons. On doit traverser un petit pont suspendu au-dessus de la rivière pour arriver aux trois petits bassins de pierres emplis d’eau chaude. Nos deux petits blonds font sensation auprès des mamans péruviennes ! à un moment, on voit une mamie en costume coloré et chapeau typique traverser le pont suspendu avec un paquet sur le dos… quelques minutes plus tard, elle arrive en maillot rose à fleurs dans le bassin !

pont qui relie les deux versants

termas et passerelle

Mais l’orage arrive, et après quelques éclairs, on retraverse vite la passerelle entre les gouttes, on prend une douche et on rentre vite en courant sous la pluie jusqu’au CC. Après l’averse et le nettoyage du pare-brise, on parcourt les 35 km jusqu’au mirador Cruz del Condor. A cette heure-ci, on ne croise pas grand-monde, à part des gens qui marchent (ce qui est sûr, c’est que les Andins sont des marcheurs !) vers les églises des villages pour la veillée pascale. Ah, et des gens qui travaillent à renforcer la route. On arrive à la nuit tombée au parking à plus de 3700m. On se couche de nouveau tôt et au grand calme.

 

Dimanche 16 avril. En ce matin de Pâques, les garçons découvrent des petits lapins et des poulettes en chocolat belge cachées dans le CC. Puis on petit-déjeune vite fait (sauf Marius qui, ce matin, déteste le porridge) et on sort pour aller admirer le vol des condors qui profitent des courants chauds ascendants du petit matin pour planer dans le canyon. On est un peu en contre-bas et on voit jusqu’à 14 condors à la fois dans le ciel, sur un paysage époustouflant ! Les condors font jusqu’à 3m d’envergure et ne battent pas des ailes pendant leur vol. En haut, à la croix, c’est bondé de touristes (certains arrivent directement d’Arequipa et sont partis à 4h du matin pour être là) et de vendeurs de souvenirs.

El Condor Pasa (spécial pour Mamouna)

On reste un bon moment et on repart après tout le monde. On a demandé conseil à un chauffeur de mini-bus touristique quant au trajet pour aller sur l’autre versant, car il y a un pont entre les villages de Maca et Lari, mais le chauffeur nous a déconseillé cette route très raide, pleine de trous et de gué bien remplis. On fait donc le grand tour, on repasse par Yanque pour traverser et on traverse les différents petits villages, beaucoup moins touristiques de ce côté. Après Ichapampa et son église détruite, la route devient une piste bien pourrie par endroits. Mais le paysage est très joli. On traverse des terrasses plantées de blé, maïs, quinoa, luzerne et pommes de terre. Il y a à peu près autant d’ânes que de villageois. On arrive au village de Madrigal, dernier sur la route. On voudrait aller au départ de la rando vers la forteresse de Chimpa, très belle d’après le guide du routard. Mais le chemin qui sort du village est vraiment scabreux et impraticable en CC. On va donc se garer sur la place. On demande conseil à un policier qui nous dit que pour aller à la rando, il faut passer sur un pont, mais que le pont a été détruit lors des grosses pluies… Bon… Les garçons jouent avec des enfants sur la place, ils distribuent tous leurs chocolats de Pâques aux enfant et s’apprennent mutuellement à compter en français et en espagnol. Le micro du village (apparemment un gros investissement) appelle tous les hermanos cristianos à assister à la messe de Pâques à 17h. Le soir, le micro annonce que demain, un bus partira pour Arequipa à 3h10 du matin. 

Lundi 17 avril. Dans la nuit, le micro annonce vers minuit que le bus pour Arequipa va bientôt partir. A 5h, les 3 cloches dissonantes se mettent à sonner à côté du CC, puis le curé, très en verne, commence un sermon au micro ! Il radote pas mal et insiste sur le fait qu’il n’y a qu’une seule Parole, une seule Vérité, un seul Dieu, et qu’il ne faut surtout pas vénérer autre chose. On est dans une région où la ferveur catholique est forte, mais toujours très teintée d’anciennes croyances. Les Apus, divinités de la montagne, sont notamment très respectés. Bon, pour enfoncer le clou, le curé enchaine avec un sermon en quechua. A 5h45, il coupe enfin son micro après avoir appelé les fidèles à la messe de 6h. 6h50, un autre type prend le micro pour annoncer à la población que deux ânes se promènent et qu’il faut aller les récupérer chez Modesto Jimenez. Ça lui prend bien 3 min pour annoncer ça . 10 min plus tard, il annonce que quatre ânes déambulent… Après avoir appelé la secrétaire pour qu’elle vienne chercher ses papiers à la municipalidad puis la cantinière pour qu’elle récupère les marmites de l’école, il demande aux gens qui n’ont pas encore leur carte d’invalidité de se pointer au pas de course avec leurs documents car une voiture par pour Chivay 30 min plus tard pour faire les cartes officielles. Ah, et puis les trois seules voitures du village ont des alarmes détraquées très sonores ! Bref, à 8h40, alors que les garçons ont vus leurs copains de la veille partir à l’école en uniforme (dont le chapeau à large bord qui est de rigueur pour tous les écoliers) on est déjà sur le chemin pour aller nous promener. Jolie promenade dans la campagne jusqu’à un pont bien solide.

cultures en terrasses

champs de quinoa

barrières anti-intrus

Puis je continue alors que Hervé rebrousse chemin avec les garçons. Il faut dire qu’on est à 3500m, et qu’au bout d’1h30, les garçons sont déjà bien fatigués, alors qu’il reste tout le retour qui grimpe pas mal. Moi, j’arrive au bout de 20 min au départ de la fameuse rando. Il y a un espace pour garer les voitures, si jamais une voiture arrivait à venir jusqu’ici. Je traverse le petit pont qui est en fait constitué de deux troncs au-dessus de la rivière, puis je commence à grimper. Mais au bout de 20 min, un superbe panorama, une grosse chaleur et plus de souffle, je rentre aussi ! 10km à cette altitude et avec un gros dénivelé, c’est pas évident ! Et je ne suis pas très rassurée d’être toute seule sur le chemin, même si je croise surtout des bergères qui gardent leurs quelques bêtes, assises au bord des champs…

rencontre sur le chemin

On repart à midi, route pourrie, asphalte, pont de Yanque, place de Yanque… et on voit le CC de Karen et Daniel stationné sur la place ! Les 4 garçons vont courir sur la place puis on va manger tandis que nos amis vont voir les condors. Puis on travers Chivay, bourgade la plus importante du coin, bruyante et pas très engageante, on repasse sur le versant nord et on va jusqu’au village de Coporaque, sa jolie place et son église prête à s’écrouler. La fin de l’après-midi, les garçons jouent sur la place, je vais repérer la promenade de demain et on reste au calme. Tiens, ils ont aussi un micro, ici, mais semblent heureusement moins acharnés.

place de Coporaque et son Inca né ici

entrée de la rue Tupac Amaru

Mardi 18 avril. Lever de bonne heure pour aller visiter un site funéraire pré-inca. Aloïs a mal à la tête et il est fatigué, mais il marche bien le long du chemin qui grimpe entre les terrasses dans un magnifique paysage verdoyant.

Au bout d’une heure, on arrive au pied du dernier mur de la falaise au-dessus de nous. C’est là qu’on découvre des cabanes funéraires en pierre collées à la falaise, et remplies d’ossements ! Les garçons sont un peu impressionnés de voir des vrais crânes.

Au retour, on passe par un autre chemin très joli.

petite pause pour Marius

Au CC, on s’aperçoit qu’Aloïs a de la fièvre… On a du surestimer les forces du bonhomme ces derniers jours, surtout à cette altitude. Longue route du retour vers Arequipa : petite averse de neige fondue, arrête à 4910 m au mirador de los volcanes, même si la visibilité est bouchée, longues attentes dues aux travaux, déviation dans Arequipa…

tiens, vous connaissiez le « chasse-terre »?

4910m!

plus haut que le Mont Blanc en camping car!

ça y est, nous voici revenus au camping Las Mercedes. Et là, grande surprise, le CC de nos amis allemand est là, ainsi que le VW d’autres allemands croisés à El Calafate ! Nos amis sont sortis et Aloïs a toujours de la fièvre, alors on abrège la soirée.

Mercredi 19 avril. Aloïs est encore patraque ce matin, alors on essaie de le garder au calme, mais c’est bien difficile avec tous les copains dehors ! Il finit gardien de but, avant d’enchaîner avec des légos et des dessins… Lukas, en frénétique bricoleur, se met à confectionner toutes sortes de choses (même des kazous avec des pailles !). Pour nous, c’est repos, lessive, préparation de la suite. Je me rends compte qu’il est déjà bien tard et que nous ne pourrons pas monter jusqu’à Paracas comme prévu avant de redescendre vers Cuzco. Nous passons encore une chouette soirée avec Matthias et Steffi qui repartent tôt demain.

Jeudi 20 avril. Aujourd’hui, on se prépare à partir, les garçons font des tas de bêtises avec Raffael et Gloria, les petits allemands du van VW, ils sont difficiles à gérer. Ce qui est assez drôle, c’est de les entendre se parler en espagnol. A un moment, on entend une conversation trilingue, lorsque Raffael donne des biscuits aux autres :

Aloïs : – Muchas gracias !

Marius : – En francés : Merci beaucoup !

Raffael : – En alemán : Vielen Dank !

A midi, on va retrouver Karen et sa famille qui nous apporte notre moteur d’essuie-glaces ! On va manger dans un joli petit resto original, à base de différentes pommes de terre andines et autres produits locaux. Les garçons boivent de la chicha morada, une boisson (sucrée) à base de maïs violet et d’épices. Après ce bon repas, on rentre au camping, Hervé monte le moteur d’essuie-glaces flambant neuf et on passe une dernière soirée tranquille à Arequipa.

Une dernière portion de désert ?

Vendredi 21 avril.  On quitte Arequipa à 7h, de façon à sortir de la ville avant l’heure de pointe. Les garçons dorment encore, et ça vaut mieux car ce n’est vraiment pas évident de s’extirper d’ici. On roule en direction de la côte, et 4h pour 160 km plus tard, on arrive à Camaná, village balnéaire assez moche et désert au bord d’une jolie plage.

changement de décors

Longue pause, « brunch », jeux dans le sable puis on reprend la Panaméricaine. Rien de spécial : camions poussifs, dos d’âne, conducteurs insensés, trous dans la chaussée, tronçon à une bande de circulation pour les deux sens car l’autre bande est ensevelie sous le sable… Ah, et pour finir en beauté cette journée de route, on fait l’erreur de terminer le trajet de nuit (à 18h, donc), et au moment de bifurquer sur la piste qui va vers le cimetière de momies où on veut dormir (mais quelle idée !), on s’ensable ! On ne voyait rien et on a roulé à côté de la piste. Hervé creuse dans le noir, éclairé par sa lampe frontale. On se sort de là, mais ensuite il veut faire demi-tour et là, pofff : ensablés devant et derrière… On a beau creuser, rien ne bouge, les plaques de désensablement en plastique se désintègrent. Super ambiance, après 10h de route et de chaleur !

Stuck in the sand

On place un triangle orange de chaque côté du CC et on dort là. Au moins, on a un super ciel étoilé !

 

Samedi 22 avril.

lever de soleil sur notre bivouac improvisé

Levés à 6h, avec le soleil, on regarde comment se sortir du pétrin (tout est meuble partout !) lorsqu’une moto arrive avec deux jeunes gars. Ils s’arrêtent, nous disent bonjour et l’un d’eux prend la pelle des mains de Hervé pour se mettre à creuser, pendant que l’autre cherche des pierres pour les mettre dans les trous creusés devant les roues. On pose les tapis et bavettes de remplacement sur les pierres. Hervé démarre, les gars poussent. Une douche de sable plus tard, on sort le cric pour une nouvelle installation. Nouvel essai : ça marche ! On grimpe vite sur un replat plus dur, puis la moto nous guide en hors-piste jusqu’au bon chemin. On va jusqu’au site du cimetière de Chauchilla et ses momies pré-incas dans des tombes, façon Indiana Jones. Nouvelle galère pour Hervé car une pierre s’est coincées entre les deux roues arrière droites. Lorsque la pierre est délogée, il est 7h30 et Hervé est couvert de terre et de sable, et il fait déjà très chaud. Après une douche et le petit déjeuner, on part faire la visite. Les garçons ne sont pas très enthousiastes, surtout Marius qui est vite impressionnable et qui répète que ça le dégoûte un peu. Mais ils sont finalement assez intéressés par ces tombes : des trous creusés dans le sol, comme des petites pièces, aux murs fortifiés par des pierres. A l’intérieur, il y a des momies assises, genoux relevés. La plupart sont enveloppées dans des « fardos » de tissus, la tête posée par-dessus. Elles ont des cheveux (ou plutôt des rastas) très longs, parfois plus de 2m, ce qui atteste de leur haut rang social. Il y a quelques enfants parfois, et des objets sont posés devant eux : coquillages, poteries, épis de maïs, etc..

la cousine de Raiponce!

On parcourt le circuit des 12 tombes, on rentre voir le petit « musée » (une pièce avec une « jeune » momie particulièrement bien conservée et des explications sur les techniques d’embaumement), je fais la vaisselle en discutant avec le jeune gardien désœuvré, puis on repart. Le soleil est cuisant. 15 km plus loin, on arrive à Nazca et sa circulation embouteillée, puis, un peu après la ville, on grimpe sur une petite colline qui sert de mirador pour voir les lignes de Nazca. Pas de figures ici, mais des longues lignes géométriques.

de cette colline, on voit…

… ça

Un peu plus loin, un mirador en fer (il ne faut pas avoir le vertige !) « Maria Reiche », du nom de la dame allemande qui a consacré sa vie à l’étude des lignes, nous permet de voir 3 figures : l’arbre, les mains et l’oiseau.

l’arbre

les mains

On continue sur la Panam et on arrive au mirador des géoglyphes Palpas, qui datent de la civilisation Paracas, et non Nazca comme les autres. On voit des drôles de bonshommes (appelés « la famille royale!) et Hervé penche plutôt pour l’œuvre de quelques hippies armés de pelles.

Familia real (un peu hallucinée…)

On mange du poulet et du riz dans un bouiboui (la diète péruvienne classique) avec des dessins animés plein tube à la télé, et on file jusqu’à Ica pour faire des courses avant d’aller à Huacachina, petite oasis très touristique nichée au milieu de superbes dunes de sable fin. Après les tuk-tuk (mototaxis) de Ica, on se retrouve pile au milieu de dizaines de buggys vrombissant qui partent dans les dunes ! On parvient à se garer à l’ecocamp : un genre de camping à flanc de dune, des tentes en plastique blanc (ça fait un peu camp de réfugiés de luxe) places sur des terrasses sous des toits en bambous. Il y a aussi une belle piscine, une super cuisine et des SDB nickel. Et, cerise sur le gâteau, on retrouve le CC de nos amis allemands ! Il y a aussi un Iveco-Laïka français. Le temps de se poser, se baigner, les garçons partent avec les allemands gravir la dune pour voir le coucher du soleil, puis on passe une belle soirée tous ensemble, avec également Pierre, Caro, Charlie et Léon qui arrivent d’Amérique du nord dans leur Iveco. Hervé et Steffi sortent même les guitares alors que les enfants dessinent sagement, mais les gens de la tente du dessus (qui n’ont visiblement jamais passé une nuit en Argentine…) se plaignent à la direction alors on abrège la soirée, à 23h.

Dimanche 23 avril. Matinée détente, piscine, amis. Les allemands, puis Pierre, Caro, Charlie et Leon s’en vont, et une heure après, on voit arriver le CC d’une nouvelle famille française qui arrivent du nord comme Pierre et Caro. C’est Marc, Juliette, Max et Rafael. Marc est du Var, alors avec Hervé, le courant et les références passent tout de suite ! à midi, on va manger un almuerzo dans le petit « resto » du coin : caldo de gallina (Hervé trouve une patte de poulet dans sa soupe…), puis poulet, riz et pâtes, et jus de maracuya concentré coupé à l’eau. Hyper diététique, mais pour 10 soles, on va pas se plaindre. On va voir la lagune de l’oasis, mignonne et pleine de backpackers, puis on rente. Un plongeon et c’est déjà l’heure d’aller faire l’activité phare du coin : tout en buggy dans les dunes et surf de sable ! Les garçons attendent ce moment depuis que nos amis les Itinerantour ont fait du surf de sable au Brésil. On s’assoit donc au fond du buggy, on s’attache bien et on se cramponne : l’engin par à toute vitesse. Ça grimpe, file en à pic, tourne, c’est bien pire que les montagnes russes. Mais notre chauffeur s’appelle Angel, c’est bon signe, non ? Aloïs se cache la tête entre les bras, façon tortue.

Première pause pour admirer le superbe paysage. A la deuxième pause, c’est la première descente en sandboard. On ne descend pas debout car les planches et les fixations ne sont pas adaptées, mais sur le ventre.

La pente est raide, Angel frotte le dessous de la planche avec une bougie pour que ça glisse, et Hervé se lance en premier, avec Marius cramponné à plat sur son dos, puis c’est à mon tour avec Aloïs qui n’est pas très rassuré. Whou, on file ! Les deux descentes suivantes sont encore plus raides, et les garçons n’ont pas le droit de les faire. Comme je suis la plus légère du groupe, c’est moi qui vais le plus loin, et à un moment je manque de percuter les trois gars en bas. Marius est un peu frustré, mais Angel et une autre fille qui ne fait pas de surf les mettent à l’avant du buggy pour nous rechercher, ça compense un peu. Dernière pause pour le coucher du soleil, on repère une petite pente juste derrière, alors on en profite pour faire glisser les garçons tous seuls, très fiers.

dunes

Puis on décide de redescendre à pied. Apéro et repas avec la famille de Marc et Juliette, puis au lit ! Pendant ce temps, les 4 garçons jouent entre les tentes en plastiques et se font une cachette pour y stocker les citrons verts qu’ils ramassent sous le citronnier du camping.

Lundi 24 avril. Lever de camp tardif, puis on va faire des courses à Ica et on file vers Nazca. On quitte enfin la panaméricaine en bifurquant vers l’est et on roule encore un moment en montant dans la montagne. On arrive à 2400m (en étant partis de 500m), le soir tombe alors on trouve un bivouac dans un champs près de la route (merci iOverlander, on n’aurait jamais trouvé ça tous seuls). Il est plus sage de s’arrêter là car ensuite la route monte vite à 4000M. C’est bien joli et paisible par ici !

C’est reparti pour les hauteurs!

Mardi 25 avril. Réveil et départ à 7h : une longue route nous attend aujourd’hui. On grimpe par des lacets jusqu’à la Réserve de Pampas Galeras et ses vigognes sur l’altiplano. On passe devant des troupeaux de lamas et alpagas, près de petits lacs très jolis très hauts perchés.

On arrive à Puquio (malgré le gros bug du gps qui voulait absolument nous faire prendre une route secondaire non-asphaltée), puis ça redescend et on s’arrête sur un replat près du río Apurimac et de quelques chevaux. Je vais à la rivière avec les garçons pendant que Hervé se repose et se remet à chercher pourquoi les essuie-glaces ont encore planté malgré le moteur tout neuf… Il découvre que le fusible d’à côté, qui régule phares (allumés tout le temps depuis… 3 ans lorsque le CC est en route) est tout noirci mais fonctionne encore. Il change donc le fusible, puis entreprend de décoller le film de protection du pare-brise qui est tout rayé, surtout depuis les épisodes de raclette en roulant. On ne voit plus rien quand on a le soleil de face. Bref, ça permet à des centaines de moucherons (et quelques moustiques, comme je m’en apercevrai dans la nuit, tout comme Aloïs) d’entrer dans le CC.

construction d’un parc de jeux pour les fourmis

 Mercredi 26 avril. Nouveau départ matinal : il nous reste 300km pour rallier Cuzco. On serpente au fond d’une très belle vallée verdoyante, le long du río rouge de boue. Les rives sont plantées de cannes à sucre, bananiers et une végétation abondante. Puis ça remonte pendant d’interminables virages, on a l’impression de ne pas avancer… On traverse Abancay, puis on voit la ville de Cuzco et ses toits de tuile après une dernière montagne. On se fait arrêter par un policier qui nous dit qu’on doit allumer nos phares (on les avait éteints car la majorité des voitures croisées, y compris les policiers, roulent phares éteints). Puis on entre dans Cuzco.

Cuzco

On suit le gps, sauf à deux moments où il nous envoie dans des ruelles trop pentues et trop étroites. Mais cette cité inca n’est décidément pas faite pour les camping-cars (non, les incas n’avaient pas de CC), et on finit par nous retrouver dans la pire des situations depuis le début du voyage : au bout d’une ruelle à la montée très raide, étroite et en virages, on doit tourner à gauche, à 90° et à la descente en à pic. Problème : des maisons d’adobe (basses : le toit arrive à la hauteur de la capucine) sont de part et d’autre de la ruelle étroite, et il y a des escaliers en guise de trottoir de la rue dans laquelle on doit s’engager. Le sol est constitué des gros pavés inégaux et de gros trous. On touche la maison de droite avec le pare-chocs arrière droit, on recule, (en plus, la vitre de Hervé se bloque et ne se baisse plus)… Les péruviens regardent en disant qu’on y arrivera jamais, les israéliens bourrés de l’hostal juste en face rigolent en marchant au milieu de la rue, les voitures qui arrivent d’en haut klaxonnent… En tentant une autre manoeuvre, le CC touche le haut de la maison de gauche, qui menace déjà de s’effondrer sans élément externe. Finalement, un couple de hollandais de passage nous aide (c’est plus facile avec des yeux de chaque côté du CC et une personne pour couper la circulation en amont) ; et on parvient à sortir de là en abimant juste un peu le pare-choc arrière. Ouf, on a bien cru qu’on était cuit, là !! On arrive ensuite, après avoir remonté toute la ville, au camping Quintalala, repère d’overlanders, perché à près de 3700m près du site se Sascayhuaman. Le CC de Pierre et Caro est là. On s’installe, on se remet de nos émotions et on voit arriver le CC de Marc et Juliette qui ont eu la bonne idée de passer par la route de Pisac, beaucoup plus accessible. Hervé et Marius partent en ville faire quelques courses et reviennent sous la pluie. On prend l’apéro tous ensemble puis on va se coucher tôt parce qu’on est bien épuisés par ces derniers jour de route.

 

Vous imaginez ce genre de rue en CC?

6 reflexions sur “du 4 avril au 26 avril: de Arica à Cuzco (2358 km – 22 428 km parcourus)

  1. GOKANA

    Merci beaucoup de partager tout ça avec nous et ces superbes photos, j’attends la suite avec impatience.
    Bisous à vous 4
    Natacha & Damien

  2. Mariana

    Tout ça est magnifique!!! Merci pour le partager avec nous, citoyens des villes du vieux continent ! Profitez des bonnes choses de l’Amérique latine! Gros bisous

  3. VOIRIN

    Salut! C’est Soléa! Pour moi aussi, le lapin de Pacques est passé! Même dans la cour, il est passé pour tous les enfants! Il fait chaud à Montreuil! On a fait une bataille d’eau chez Papy et Mamie. On a fait du trampoline toute la journée d’hier avec nos cousins. On a mangé des glaces et on a fait un barbecue!! Au revoir et à bientôt Marius et Aloïs!!!

  4. Papou

    Ça a l’air vraiment fabuleux ces Andes péruviennes ! J’espère que les enfants n’oublieront pas trop vite. Bises

  5. Manue

    Purée une soirée en tête à tête au restau vous deviez en rêver non ? 😉 des bisous ( les gars sont drôlement courageux … le coup des momies je pense qu’ici ça aurait été compliqué 😉

Répondre à Nico VW Annuler la réponse.